Partagez | 
 

 Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I'm Shui Ae Cha
avatar
« Shikei Kuroi »


MessageSujet: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 6:50

Shui Ae Cha
FEAT. LEE CHAE EUN
1. profil
Je m'appelle Shui Ae Cha, j'ai dix-huit ans depuis le 25 octobre. C'est à Incheon et plus précisément à Yeonsu-gu en corée du sud, que j'ai vu le jour. Je suis coréenne. Je suis arrivée à 玉石 Gyokuseki, il y a maintenant presque un an. J'étudie le droit et je suis d'ailleurs en première année. Et puisque nous en sommes à nous présenter, sachez que je suis bisexuelle, avec une nette préférence pour les filles à ce qu'il parait et en relation avec ma batte de baseball, un vrai conte de fée, je sais. Oh, j'oubliais ! Je fais partie des Kuroi, c'est de famille.

2. personality
Bon, des filles qui se trimballent une batte de baseball prénommée « pussycat » il n’y en a pas vingt, du coup j’ai tendance à éviter de me présenter. Pas parce que je suis timide, méfiante ou dieu sait quoi, mais plutôt parce que radoter c’est un peu chiant quoi. Cela dit, pour les durs d’oreille, je veux bien me dévouer : Ae Cha, petite sœur de Hyun Ki et fière membre des Kuroi. Enfin, tant que ça m’amuse, j’ai envie de dire.

Bref, si à mon arrivée à Gyokuseki on ne parlait de moi que via mon frangin, c’est de l’histoire ancienne. Je n’ai de fragile que mon apparence, parce que dans les faits, je suis mieux connue pour ma langue bien pendue, mon impulsivité et mon orgueil masculin. Que voulez-vous, c’est difficile d’être une délicate poupée quand on est élevée par une bande de garçon. De ce fait, j’ai tendance à dire tout haut tout ce que je pense, sans m’inquiéter des conséquences. On fait difficilement plus franche que moi, une qualité qui s’avère assez problématique quand elle n’est pas dosée. Or, je n’ai jamais été friande des demi-mesures, non moi je préfère foncer dans le tas, je suis authentique, pour ce que ça peut vouloir dire : avec moi, il n’y a pas de faux semblant. Je ne joue pas avec ma nourriture et j’ai tendance à m’imposer. Je me considère d’ailleurs, et sans vouloir offenser aucune nana hein, comme une femelle alpha. Plus que de hiérarchie, je considère que le monde est une vaste chaine alimentaire et je fais partie de ceux qui sont au sommet, j’ai assez peu de prédateur. C’est assurément dû à ma fierté Shui, parce que dans la famille, nous avons tous un honneur exigeant. Évidemment, il vient en format cadeau avec mon esprit de compétition, mon sarcasme inné et ma témérité. Aussi bien dire que j’ai tendance à la boucler difficilement et que je ne m’incline que si on cogne assez fort. Oh et d’ailleurs, « cogner comme une fille » n’est pas une insulte à mes yeux, au contraire.

Évidemment, si je suis une fille plutôt lourde à supporter, enfin ça c’est l’avis des autres, parce que Hoso et moi, ont as rien à y redire, j’ai quand même des qualités hein ! Je suis une fille très familiale déjà, je tiens à mes frères, surtout à mon petit frère. (Hyun Ki est un con quand il veut, donc franchement, il mérite amplement ses claques.) J’ai le rire facile aussi et comme je suis une fille simple, je suis relativement facile d’approche. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis excessivement sociale, parce que je n’ai pas que ça à faire déjà, mais je n’hésite jamais à discuter avec les inconnus. En fait je ne suis pas nerveuse, pas même dans les fêtes arrosées ou les allées sombres. Non, je respire la confiance et même, j’irais jusqu’à dire que je suis une fille ambitieuse. Quand je désire quelque chose, je m’assure de l’obtenir. Je suis fairplay d’ailleurs, la triche c’est pour les chochottes ! Sinon, j’ai du cœur au ventre, vous devriez me voir tabasser les mecs c’est de toute beauté, et je sais encaissée. Enfin, ça c’est ce que j’aime me dire, mais dans les faits, je marque assez facilement. Cela dit, je ne baisse jamais les bras, jamais ! On fait difficilement plus entêtée et si je n’irais pas jusqu’à me définir comme quelqu’un d’optimiste, je suis assurément une acharnée. Aussi, je n’ai qu’une parole : mes gestes vont toujours avec mes paroles. Sinon, je ne suis pas excessivement démonstrative vis-à-vis de mes sentiments pour les autres, bien que je sois relativement câline avec mes amis proches et ma famille. Je ne suis pas une fille très fleur bleu, non plus. Je suis pragmatique en ce qui concerne les relations interpersonnels, je ne me fais pas d’histoire et je ne vous en raconterais pas non plus. Malheureusement, c’est l’une des raisons pourquoi mes tentatives de relation de couple ne durent jamais : je suis trop réaliste. Ah et normalement, je préfère les filles aux garçons. Pourquoi ? Parce que les gars ont tendance à s’emballer trop vite et à ne pas livrer la marchandise, voilà tout. Or, moi je ne supporte pas les aguicheurs.

En bref, mes principaux traits de caractères sont ma franchise, qu'on respecte tout autant qu'on me la reproche, mon impulsivité, qui me joue de vilain tour, mais aussi ma fierté, parfois démesuré. Cela dit, on arrive tout de même à m'apprécier à travers ma témérité et on admire combien je suis confiante et acharnée.

Quant à mes goûts, je dirais que j'aime la bagarre, la vraie, celle qui fait saigner et laisse le corps lourds sous la tension. J’aime me dépasser, me démener, j’aime fracasser et parfois, il m’arrive même d’apprécier sentir la morsure d’un coup sur mon propre corps. Il n’y a rien de mieux que la souffrance, infligée ou encaissée, pour se sentir en vie. Et quand je ne me bats pas, j’aime danser. Évidemment, je ne parle pas de ballet ou de connerie du genre, franchement j’ai une gueule à faire des pointes ? Non. Mais j’adore me trémousser au son de la musique, me laisser porter, il parait même que je suis plutôt douée. Ce qui ne veut évidemment pas dire que j’autorise les autres à venir se frotter à moi, si je roule les fesses, c’est pour mon plaisir personnel, merci bien. Sinon je suis une adepte de BMX, je trimballe le mien partout en ville, j’aime bien faire des figures aussi, avec Hoso c’est toujours un concours amical. J’apprends d’ailleurs à faire du skate depuis quelques temps, gracieuseté d’Hoso aussi. Un jour, on aura notre clan de skater, j’y crois ! Du reste, j’aime les vêtements confortables, donc vous ne me verrez que rarement en tenue moulante. Je préfère, et de loin, les jeans et les shorts, qui sont plus pratique pour pouvoir se défendre. Et quand je porte une jupe, j’ai toujours un shortie dessous, c’est la moindre des choses oui ! Ah et je ne quitte pratiquement jamais mes converses, jupe ou pas. Quant à ce que je porte sous mes vêtements, peu de gens le savent, mais je suis une vraie passionnée de lingerie. J’en ai des tonnes à la maison, c’est là où j’investis mon argent de poche même ! Et tant pis si je ne la montre à personne en particulier, moi ça m’aide à me sentir forte et puissante. Oh et j’allais presque l’oublier, mais j’ai aussi une arme fétiche : ma batte de baseball bleu ciel, décoré d’étoile rose : Pussycat. Quand il y a des bagarres de prévues, donc à l’agenda, je l’ai toujours avec moi. Je la manie plutôt bien d’ailleurs ! Aussi, j’ajouterais que j’aime particulièrement passer mes dimanches soir en famille, mon petit frère à moitié affalé sur moi. Et quitte à parler de frangin... je dois assurément ajouter que Ho Seok a une place très spéciale dans ce que « j'aime », même si j'évite ce verbe. Non, mon amour pour Hoso ce doit d'être celui d'un « bro » et je m'y tiens. Franchement, il ne manquerait plus qu'il me largue, comme toutes les autres. Très peu pour moi ! Et tant pis si aucun autre type ne lui arrive à la cheville, je me suis fais bisexuelle pour lui. À cause de lui. Malgré lui ? Je ne sais plus trop, tout ce que je sais c'est que dès que je me retrouve avec un autre type, j'ai tendance à penser à lui, à souffler son prénom. Alors je m'en tiens sagement, la plupart du temps, aux filles. Ça me passera, tout passe toujours. Et puis j'ai toujours la cuisine de Misaki, la nounou de Hoso, pour me consoler. Je pourrais ne manger QUE ça, pour le reste de ma vie, je songe même à la kidnapper, mais Hoso serait trop triste. (Même s'il ne le sait pas.) Oh et j'adore passer des heures dans la baignoire d'Ho Seok aussi ! Elle est immense et les jets sont une preuve que dieu existe. En fait... tout ce qui touche Ho Seok trouve grâce à mes yeux, même ses t-shirts, parfois vraiment ignoble. (Ouais bon, la mode parfois hein...)

Par contre, j'ai horreur des pouffiasses et par là, j’entends des nanas qui ne servent strictement à rien, sauf à faire jolie. Franchement, ça me rend hargneuse, voir violente. Pour qu’une femme en soit réellement une, elle doit avoir une opinion et savoir parler, sinon je n’ai aucun respect et je l’assume pleinement. Aussi, je n’ai AUCUNE tolérance pour la misogynie et ça me rend foncièrement mauvaise à tous les coups. Sinon, je suis contre la drogue, je trouve que c’est une preuve de faiblesse, que c’est se limiter, se saboter. Je juge les gens qui sont addict très durement et sans même hésiter. Ils se sont foutus dans la merde tout seul après tout ! Je déteste aussi que Ky Hyun, mon frangin qui est aussi chez les Kuroi avec moi, se batte avec Hoso. Franchement, je n’ai pas besoin d’être défendue ou protégée, de l’un comme de l’autre. Ça me gave à tous les coups, ils valent mieux que ça ! (Et moi aussi tien !) Le silence m’angoisse terriblement aussi, je ne comprends d’ailleurs pas les soirées sans musique, tout comme le feu. Il faut savoir que mes parents sont morts dans un incendie il y a plusieurs années, de ce fait, j’ai tendance à éviter les feux de joie et les soirées aux chandelles. Ça me rend nerveuse. Je n’aime pas non plus certains t-shirts de Hoso, parfois il devrait laisser tomber la mode et juste encadrer ces horreurs ! Mais ce n’est pas le pire en ce qui le concerne, parce qu’il sait être tout aussi détestable quand il me pique une nana. Les bros ne se volent pas les filles comme ça, mais lui, il ose parfois, tsk. Oh et je déteste quand il se met à jouer le papa noël et m’offre une tonne de truc, ou même juste de petites choses. Je ne fais pas la charité et je ne suis pas non plus sa poule de luxe, merci bien hein ! Je peux m’offrir mes propres choses, et tant pis si le fait que je sois fauchée en permanence (mais avec des dessous du tonnerre, ça console un peu) remette en cause la situation, je ne lui permets pas ! D’ailleurs, je n’aime pas savoir que mon frère ainé Yong Shik a autant de mal à se démener pour notre famille, je n’aime pas savoir que nous lui avons mis des bâtons dans les roues en venant nous installer avec lui, je n’aime pas qu’il soit encore célibataire et sans sa propre famille à lui. Je n’aime pas me sentir comme un poids auprès des miens, pas quand je les aime autant, alors je sors le plus possible, pour éviter d’être une source de souci. Et quand je suis à la maison, je tâche de me montrer utile, de prendre soin de Ki Suk, mon frère cadet. Finalement, je déteste quand Ho Seok se décide à se trouver une copine, environ une fois par an. Ça me rend jalouse, agressive, irritable, violente oui ! Avec la fameuse copine, mais avec lui aussi. Je me déteste dans cet état, je me déteste faible.

3. history
Trêve de futilités ! Parlons un peu famille. Je suis le troisième enfant d’une famille de quatre et l’unique fille du lot. Aussi bien dire que ça n’a pas toujours été facile, surtout pour le pauvre Yong Shik, mon frère ainé qui a m’élève depuis mes 10 ans. Pourquoi ? Parce que c’est à cet âge que j’ai perdu mes parents, lors d’un incendie qui n’a su que nous épargner, nous leur descendance. Or, mon frère ainé ayant déjà 22 ans lors de la catastrophe, c’est lui qui a hérité de notre garde à tous les trois. Depuis, c’est lui qui veille sur nous et qui nous élève, au Japon, où justement il venait de s’installer pour terminer ses études, un postes lui ayant déjà été promis. Ainsi, il n’y a plus que Yong Shik, qui a maintenant 30 ans, pour nous priver de sortie ou nous organiser un repas de noël barbant. Et puis il y a mon frère ainé, Ky Hyun, celui-là même qui m’a fait intégrer les Kuroi et qui a maintenant 20 ans. Or, même si nous n’avons que deux ans d’écart, nous avons tendance à vite nous chamailler, ce qui embête excessivement Yong, mais amuse terriblement Ki Suk, le petit dernier. Seulement âgé de 12 ans, c’est le bébé de la famille, mon bébé à moi en fait. Je le couve comme pas possible, mais il est tellement adorable et aussi brillant que Yong, ce qui nous fait défaut à Hyun et moi, je sais déjà qu’il ira loin ! Aussi bien dire que nous ne sommes pas une famille typique, mais que nous nous aimons, même si c’est parfois à coup de grand cri et d’insulte. Je n’échangerais pas mes frères pour tout l’or du monde.

Concernant mon parcours, je suis née en Corée, à Incheon. Mes parents tenaient un petit café à Yeonsu-gu, rien de bien épatant, mais c’était largement suffisant pour nous faire vivre et permettre à Yong de faire des études à l’étranger. J’ai passé mon enfance à aider au café, à y faire mes devoirs, à jouer sous les tables et à y boire des thés parfumés. Je n’avais absolument rien de violent à cette époque, contrairement à Hyun qui commençait déjà à devenir chiant. (Oui oui, je me rappelle très bien de nos parents râlant sur sa mauvaise attitude en classe, na na na !) Puis l’année où je suis enfin tombée amoureuse, d’un crétin qui s’appelait Young, et où je faisais la gueule à Yong qui avait la fâcheuse habitude d’oublier de m’envoyer du chocolat dans ses colis, il y a eu l’incendie. C’est encore et toujours flou dans mon esprit, les souvenirs ne me reviennent qu’en fragment : de la chaleur, les cris de nos parents, Ki Suk dans mes bras et Hyun me hurlant des ordres, sa main me blessant le poignet, tant il tire fort. Les jours suivant sont un brouillard dans mon esprit, des visages qui défilent devant moi, qui ont été oubliés depuis longtemps, puis celui de Yong. Avec ses yeux rouges et ses bras nous broyant tous dans ses bras. Puis il y a eu le déménagement au Japon, évidemment Yong a hésité, nous venions de perdre nos parents, est-ce qu’il ne valait pas mieux limiter les dégâts en évitant de nous arracher à notre pays natal ? Mais au bout d’une semaine d’essai à un retour de vie « normale » il a été clair que notre vie ici était terminée. Tout nous rappelait la tragédie, Hyun passait son temps à se battre et moi… moi je ne voulais plus quitter Ki Suk. Le Japon ne pourrait que nous faire du bien : une nouvelle vie, de nouvelles opportunités. Une renaissance, oui.

Ça n’a pas été facile cela dit, de passer de la Corée au Japon, déjà rien que par la langue et l’accent, mais aussi parce que nous étions tous abimé. Yong a dû revoir ses plans et au bout de quelques années, c’est fait larguer par sa fiancée de l’époque. Hyun s’est désintéressé de ses études et s’il n’a pas tout lâché, c’était par respect pour Yong seulement. Quant à moi, je me suis mise à prendre en charge Ki Suk et la maison. Aussi bien dire que mon attention pour la classe était plus que limité. Mais nous avons réussis, globalement du moins, à traverser cette épreuve en nous soutenant. Si Yong avait sa fiancée pour le soutenir, Hyun le gang l’ayant recruté et Suk d’excellents spécialistes pour le gérer, moi j’ai trouvé Ho Seok. Un autre coréen perdu au Japon, sans parents, abandonné depuis peu. Mes larmes ont trouvés échos dans sa colère et nous avons mêlés nos drames, nos douleurs respectives, ensemble. Il a pris ma peine et en a créé de l’acharnement, une violence à renvoyer à la face hideuse du monde. Quant à moi, c’est la bombe à retardement tiquant en lui, que j’ai su désamorcé. Il est vite devenu mon meilleur ami, le seul apte à me comprendre, le seul à souffrir assez pour ne pas pouvoir avoir pitié ou à me juger. Il m’a aidé à apprendre à me battre, ainsi que Hyun, avec qui il n’a jamais su s’entendre d’ailleurs. Avec la mort de mes parents, ce n’est pas tant le feu que la perte de contrôle d’une situation, qui pouvait m’angoisser. Apprendre à gérer ma propre sécurité, à savoir me défendre et avancer, c’est tout ce qu’il me fallait pour réussir à guérir. Plus que les séances coûteuses de thérapie, où bientôt il n’y eut plus que Ki Suk pour se présenter. Notre quotidien fut ainsi modelé : Yong jouant le rôle de frère ainé et père pour nous tous, tout en jonglant avec son boulot au laboratoire. Hyun n’étant que très peu à la maison, car trop occupé à rôder avec sa bande de voyou, nous entrainant parfois avec lui, pour le plaisir, pour nous former qu’il aimait dire. Et moi, avec Suk et Hoso, à regarder des dessins animés ou à l’amener au parc, parce qu’il méritait une vie un tant soit peu normale.

Puis avec l’adolescence, tout s’est emballé autour de moi, de nous tous oui. Déjà, la tension entre Yong et Hyun à la maison se voulait parfois insoutenable, mon frère aimant bien faire des misères à notre chef de famille, mais en plus il fallait que tout mon monde grandisse. Fini les randonnées simple en vélo, les concours de BMX avec Hoso, la puberté se mit à tous nous faucher. Bon, outre la crainte de devenir aussi stupide que Hyun, abrutit par les filles autour de lui, c’est la pression du reste du monde qui vint me déranger. Hoso avait beau être un roc face à ce que le reste du monde pouvait bien vouloir ou réclamer de notre part, c’était plus difficile pour ma part. Probablement parce que je savais déjà ce que réclamais mon cœur. Ce qu’il n’a jamais cessé de désirer et ce que je lui refuse. Ho Seok est pratiquement un frère, mon jumeau même ! Et pourtant, à 15 ans nous étions bien assez grands, bien assez curieux et lassé d’être différent des autres. Enfin, il nous fallait bien une excuse, n’est-ce pas ? Absolument ! Je me rappelle encore de la tension dans ses épaules, de la façon dont mes doigts tremblaient doucement alors que je l’ai aidé à se déshabiller. Mais après tout, quitte à perdre notre virginité, aussi bien le faire ensemble, non ? Absolument ! Et de là, ce que j’espérais n’être que le résultat d’un trop plein de pression environnante et des commentaires des filles, qui commençaient à le remarquer aussi, ne fit qu’être confirmé : il n’y aurait jamais mieux que lui. Peut-être pas la première fois, trop douloureuse, trop maladroite, mais sans aucun malaise, mais dès le second essai, les choses me semblèrent parfaite. Peut-on réellement s’emboiter aussi bien avec quelqu’un ? Apprécier autant de sentir son corps remuer contre le sien ? Est-il possible d’aimer à ce point entendre la voix de l’autre, son souffle s’écraser contre son corps ? Peut-être que c’est là l’effet Hoso, je n’ai toujours pas compris.

Je ne comprendrais probablement jamais, parce que les années ce sont empiler depuis et que rien n’a changé, sinon la distance respectueuse que nous avons fini par nous imposer dès nos 16 ans. Par ma faute, un essai bien bête : celui de tenter d’avoir une relation avec un autre que lui. Pour comprendre, du moins le tenter, pourquoi c’était devenu si naturel que de me nicher dans ses bras et de le dénuder. Seulement, aucun autre n’est à sa hauteur, aucun autre n’a son parfum, son goût, encore moins sa chaleur et sa douceur. Sa fermeté. Aucun autre n’a su m’essouffler au point d’oublier mon prénom. Que lui. Ho Seok. Mon meilleur ami, mon jumeau d’âme, celui qui a, j’en suis certaine, cacher la pelote de fil rouge qui pend au bout de mon petit doigt. Quel idiot. Seulement je connais ma place, je sais que je ne suis et ne serais jamais que sa meilleure amie. Il n’y eut dès lors plus de rapport physique entre nous, que des nuits nichées dans les bras de l’autre, comme des enfants. Du moins, je tente encore de m’en convaincre. Heureusement, c’est aussi à cette époque que la violence revint dans sa vie et pris plus de place dans la mienne. À trainer trop tard dans la rue, à se faire respecter, à jouer les voyous et à chercher le grand frisson, faute de pouvoir le vivre en privé avec lui. Yong décrit encore cette phase de ma vie, comme la partie ingrate, il n’a pas compris que nos conneries n’étaient que le début de la fin. Il ne sait pas encore que si j’ai intégré Gyokuseki, ce n’est certainement pas pour réellement devenir avocate. Franchement, je ne me vois pas du tout porter des robes tailleurs.

J'ai donc intégré l'université de 玉石 Gyokuseki car mon frère ainé, Yong Shik le désirais. J’aurais très bien pu me contenter de me trouver un emploi, afin d’aider notre famille, mais c’était sans compter sur l’entêtement du chef Shui. Quant à mon choix, je me suis diriger vers le droit en me disant qu’au moins, je serais mieux aviser si jamais la police me mettait la main dessus. C’est toujours utile ce genre de chose, surtout quand on a une famille qui n’a absolument pas les moyens de s’offrir les services d’un bon avocat. Sinon, j’ai rejoint les Kuroi sous l’invitation de mon frère, qui respecte terriblement Dong Wook, un autre branleur à mon avis. Mais au moins il est violent et il a des couilles, pas comme son rival, Jae Hyun, qui n’a pour sa part que sa jolie tronche pour lui. Est-ce que leur guerre m’intéresse réellement ? Non, absolument pas. Je trouve même que c’est très puéril comme guerre, on dirait deux gamins dans la cours de récré, mais moi tant qu’on a de quoi taper, je sais fermer ma gueule et apprécier. Amen ! (Cela dit, hors de question que je touche Hoso, ça jamais.)

4. me
Sinon, dans la vraie vie, je m'appelle Stephy. Je suis une fille et j'ai 28 ans, mais pas encore de marchette YAY ! J'ai connu Suitai Suru par le biais de Mayu baby ❤. Ma fréquence de connexion, hé bien, je dirais une fois par jour, sauf quand je suis en stage ahem... Sinon, en rp, je suis correct, du moins je crois. Hum, j'ai fais le tour je crois.



Dernière édition par Shui Ae Cha le Sam 21 Nov - 3:32, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kwon Ho Seok
avatar
« Shikei Akai »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 7:01

Toi + Moi, réunies à nouveau ! Je vais pleurer T^T
Je suis tellement contente que tu sois là, pire qu'on puisse prochainement re-rp ensemble ! J'ai hâte de lire ta fiche baby *w*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Shui Ae Cha
avatar
« Shikei Kuroi »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 8:47

Awwwn mon bébé ! Ce message je... jhbghbnjijknh ! ❤
Je te l'ai dis, tu m'attendais en fait, seulement tu ne le savais pas ! Moi aussi je suis contente de te retrouver et de re-RP avec toi. Ce sera GÉ-NIAL ! ❤❤❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Fang Xia He
avatar
« Tsuujou »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 9:09

Bienvenue ! J'adore ton avatar autant sur le plan graphique que personnalité. Amuse toi bien ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm oshima izu
avatar
« Tsuujou »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 10:11

OMG LEE CHAE EUN !!
Je ne suis donc pas la seule à jouer ce canon de beauté. I luv you
Welcome !

Je lirais avec plus d'attention ta fiche dans la journée :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Murazaki Aya
avatar
« Shikei Akai ; modo »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 12:13

Bienvenuuue !
Joli début de fiche, j'ai hâte de lire la suite !
(je sens que je viendrais toquer à ta porte une fois validée, Ae Cha possède certains côtés similaires, comme une sorte de miroir Kuroi vis à vis d'Aya XD)

Bon courage pour le reste !

_________________
Dispo plus que le weekend & soir u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Shui Ae Cha
avatar
« Shikei Kuroi »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 22:06

Oooooow, merci tout le monde !
Izu, en effet, tu n'es pas la seule ! DANS MES BRAS !! Et ooow Aya, j'ai hâte alors !! Ce sera trop bien à jouer si elles se ressemblent beaucoup et sont opposées. ❤A❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Murazaki Aya
avatar
« Shikei Akai ; modo »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Ven 20 Nov - 23:57

Ça sera avec plaisir, hé hé ! 8D

_________________
Dispo plus que le weekend & soir u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kim Jae Hyun
avatar
« Shikei Akai ; admin »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Sam 21 Nov - 3:47

Ta fiche envoi du rêve. Merci ! J'ai retirer ses mauvaises images de Taehyung mourant tragiquement dans un accident provoqué. Fiou, ma nuit (matinée) est sauvée ! Ae Cha est parfaite. Vraiment je suis contente de la dimension que tu lui as donné, elle est quand même différente de l'originale alors que moi, j'ai presque C/C ce que j'avais bâtis avec toi de Ho Seok. Mais ça n'a aucune importance parce qu'au final, leur lien est juste magique. Le tout c'est de résister l'une à l'autre hein ? On a jamais eus facile ça, surtout moi ... Allez, tu connais la maison, donc je te dirais pas quoi faire juste que OH GOD, je veux un rp genre maintenant ! ♥

_________________

이런 젠장. Some call it love and some call it sex. Call it what you want, but with one touch and you’re gone, so call in sick. 먼지에서 먼지로,이 죄 테마입니다. Talk, play & love. 今、楽しみ移動します.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kitade Misa
avatar
« Hataraki »


MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   Sam 21 Nov - 12:09


Bienvenue en retard Ae Cha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ae Cha ♢ black sheep ; once you go black, you never go back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Style Black Collection
» Avion mythique
» Zoom Fast Black Lash
» Dupes collection style black (guilt by association + le vernis)
» Craquage style black :-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suitai Suru :: 

[ 入試 ・ Forum ]

 :: Présentations :: Présentations validées
-