Partagez | 
 

 Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I'm Kwon Ho Seok
avatar
« Shikei Akai »


MessageSujet: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   Sam 7 Nov - 23:50

KWON HO SEOK
FEAT. Min Yoon Ki
1. profil
Je m'appelle Kwon Ho Seok, j'ai 18 ans depuis le 27 juillet. C'est à Ulsan, en Corée du Sud que j'ai vu le jour. Je suis coréen. Je suis arrivé à 玉石 Gyokuseki, il y a maintenant quelques semaines. J'étudie l'éducation physique et je suis d'ailleurs en première année. Et puisque nous en sommes à nous présenter, sachez que je suis hétérosexuel et très difficile à capturer. Oh, j'oubliais ! Je fais partie des Shikei Akai.

2. personality
Je n'aime pas parler de moi, tout d'abord parce que je suis relativement taiseux comme gars et puis surtout parce que je ne supporte pas les gens qui causent pour le principe de faire du bruit. En vérité, je n'aime pas grand-chose. Je ne suis pas très à l'aise avec les gens, pas parce que je suis timide ou des conneries de ce genre-là, ça n'a absolument rien avoir. C'est parce que j'ai tendance à me méfier des gens. Je ne suis pas paranoïaque non plus, je ne crains pas les gens louches et leur comportement douteux parce que de ce point de vue là, je me dis que je ne suis pas plus net qu'eux. Non en vérité, je me méfie plutôt des choses que je peux ressentir, des petits parasites émotionnels qui rendent les gens totalement cons et hystériques. Ouais, j'ai peur de m'attacher aux gens, de lier des vraies amitiés. Petit handicap de mon passé de gamin paumé ça. Mais je le vis bien, vraiment. Si dans ma vie, j'ai mis de côtés les liens affectifs et les sentiments de dépendances et d'inquiétude que ça procure, je mets par contre un point d'honneur sur les liens hiérarchiques. Il y a les mecs au-dessus de toi et ceux en dessous. Il n'y a pas plus simple comme raisonnement. Je ne brille pas par mon intelligence d'ailleurs mais je suis loin d'être simplet. Disons que les études n'ont pas été très longtemps un objectif capital dans ma vie. Je fais ce qui me plaît quand il me plaît de le faire. Je ne me pose pas de questions, ou du moins je ne me pose jamais les mauvaises questions. J'agis par impulsion les trois quarts du temps. Je suis un gars nerveux, toujours à la recherche de sensations fortes et d'adrénaline. J'aime tenter de nouvelles expériences, chercher mes propres limites. Je suis un véritable casse-cou, une pile Energizer en quelque sorte. Je pourrais facilement excuser mon comportement bourru en me cachant derrière ma « maladie » seulement, je n'ai pas besoin de me chercher d'excuses. Ma maladie n'a pas fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Elle y a certes contribué un peu, certainement, mais elle ne fait pas tout. Et puisque j'en parle, autant vous prévenir à ce sujet, que vous ne soyez pas étonnés de me voir coller une raclée à un gars qui fait le double de ma taille sans broncher sous les coups reçus en retour. Je souffre d'analgésie chronique, c'est-à-dire que je suis totalement insensible à la douleur. C'est entre autre pour ça que je n'ai aucune limite, que je me jette à corps perdu dans la baston et que le sang ne me fait même plus sourciller. Je ne sais pas ce qu'est la souffrance, autre que morale. Quant au sang, c'est une couleur que j'ai fini par apprécier ; trop habitué à en voir sur moi-même ou sur mes adversaires. J'ai le sang chaud, c'est vrai mais je suis aussi quelqu'un de calme. Je ne cherche pas les gens sans raison, ni ne m'énerve pour un rien. J'ai tendance à essayer de tempérer les choses, d'être patient et compréhensif. Ce n'est pas toujours très concluant, mais j'aime me dire qu'au moins, j'ai essayé. Loyal et franc, je n'ai pas peur de dire ce que je pense et d'ailleurs, le tact et moi, on n'est pas très potes. Je n'use de l'hypocrisie que très rarement et seulement dans des cas d'extrême nécessité, ou avec quelques filles, des fois. Même si je n'aime pas me prendre la tête et tout calculer à l'avance, j'aime encore moins vexer les nanas. Je ne suis pas dragueur pour un sous. Je n'ai même jamais été sérieusement en couple avec qui que ce soit. Jusqu'ici, je n'y ai trouvé aucun véritable intérêt et puis se caser, c'est se prendre la tête. Aucune fille ne vaux le coup. Je ne suis pas porté cul non plus. Je ne suis pas puceau mais je ne tire pas à droite à gauche aussi fréquemment qu'on pourrait le penser. Le sexe ne représente qu'un divertissement mineur dans ma vie, j'ai bien mieux pour m'occuper et me procurer du plaisir. Me battre, ça, ça me plaît. Quand je vous disais que j'étais quelqu'un de simple, je ne mentais pas. Hé ouais, honnête jusqu'au bout, si ce n'est pas merveilleux ça ?

Tu veux un résumé, c'est ça ? Ok. Alors, en bref, je suis loyal, franc, calme, sans cesse à la recherche de sensations fortes. Je ne ressens aucune douleur physique, je suis donc insensible. Je n'offre ma confiance qu'à peu de gens parce que je suis méfiant. Je n'ai peur de rien, je suis téméraire. Même si je suis bourru et casse-cou, je suis aussi très droit. J'ai ma propre ligne de conduite et mon honneur. Je ne fais pas tout ce qu'on me dit sans me poser de questions. Je choisis mes adversaires et je me carre carrément de l'avis de mes alliés pour la peine. Il me faut le plus vaillant, le plus gros challenge, tu vois ? Bien que silencieux, je suis capable d'écouter les autres. Je ne suis pas un fin confident mais avec moi un secret est un secret. La trahison ne fait pas partie de mon vocabulaire et celui qui ose me trahir n'existe plus à mes yeux. Vous êtes prévenus.

Quant à mes goûts et mes loisirs, outre la bagarre, je suis un vrai passionné de skate-board. Je ne vais nul-part sans lui. Je collectionne d'ailleurs les planches dans ma chambre. Ça fait une déco assez stylée. J'aime le sport en règle générale et c'est d'ailleurs pour cela que j'ai choisis de m'orienter vers l'éducation physique. Je ne suis pas quelqu'un de théorique vous voyez et ce n'est pas parce que je ne sais pas faire fonctionner mes neurones, loin de là. Ce n'est tout simplement pas fais pour moi. Mes sports préférés sont le football, le basket-ball, le rugby, le lacrosse et le saut à l'élastique. En règle générale, tout ce qui offre de l'adrénaline m'attire. Les parcs d'attractions, le surf, le parachute, la moto ou encore le snowboard. Autant d'activités qui m'intéresse et où je ne suis pas mauvais (pas dans tous en tout cas). Je n'ai pas peur de me faire des bobos. Je pratique également le BMX et de la musculation en salle quand la tension est trop haute. Me faire suer aide à décompresser. Pour finir, je dirais que je m'intéresse à la mode. Je collectionne les tee-shirts de marques. Je ne suis pas fashion outre mesure, disons que j'aime bien montrer que j'ai les moyens de me faire plaisir. Mon style vestimentaire n'en est pas moins simple. Vous me croiserez souvent avec un jeans troué, des Converses ou des bottines, un tee-shirt hors de prix et une veste. Simple mais efficace. Tout ce que j'aime et tout ce que je suis au final.
Concernant mes habitudes de vie : je fais très attention à mon alimentation. Je ne vais jamais aux fast-food ou seulement en de rares occasions. Je ne bois pas de boissons gazeuses, ni ne mange gras. J'évite la viande rouge. Je ne mange donc que des viandes blanches et du poisson. Je ne suis pas à cheval sur mon apparence, à vrai dire je ne porte pas grand intérêt à mon look - je ne cherche pas à plaire à qui que ce soit d'autre que moi. Je n'ai pas de complexe de poids et ne suis aucun régime alimentaire dans l'intention de garder une silhouette parfaite parce que je m'en fous royalement. Je ne suis pas complexé par ma petite taille (je mesure un mètre soixante-deux), ou du moins je ne le suis plus depuis pas mal d'années maintenant. Si je fais attention à moi, c'est par habitude, parce qu'il en a toujours été ainsi et que ça fait parti de mon éducation. La drogue et l'alcool ne m'intéresse pas plus que le sexe. Mais rassurez-vous, je sais m'amuser de bien d'autres manières et je ne juge pas les Akai, ni Jae Hyun pour autant sur ses consommations douteuses. Enfin il tente d'arrêter il parait.

3. history
Trêve de futilités ! Parlons un peu famille. Je suis fils unique et franchement tant mieux, vu l'attitude de mes parents. Mes géniteurs justement, parlons-en, juste un peu. Mon père, Kwon Jun Ho est un scientifique. Un chercheur en bio-molécule ou un truc dans ce genre. Ma mère, Kang Hyo Jin était son assistante. Ils se sont pris d'amour l'un pour l'autre il y a vingt ans de ça. Ces deux-là sont ce qu'on peut appeler des passionnés, autant par leur travail que par ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre. Ils vivaient seulement l'un pour l'autre alors autant vous dire que ma venue n'était pas au programme du jour. Sur mes premières années d’existences, mon père a fait ce qu'il a pu pour m'offrir un peu d'attention, un peu oui, j'insiste sur ce quantitatif. Et puis, suite à notre emménagement à Tokyo, il est passé à autre chose. Autant résumer les liens de notre famille comme inexistants, autant pour mon père que pour ma mère. Mais mon foyer ne se limite pas seulement à ces deux figures parentales puisque aussi loin que je m'en rappelle, ma gouvernante a toujours fait partie de ma vie. Pour moi, elle a d'avantages sa place au sein de ma famille que les deux énergumènes qui m'ont mis au monde par accident et imprudence. Oui, Misaki est comme une sœur et une mère pour moi. Les deux à la fois.

Mon histoire quant à elle est plus ou moins similaire à celle de nos héros adolescents sur grand écran. Vous savez, les enfances un brin dramatiques qui plongent le héros dans la solitude et le mépris. Hé bien voilà, ma vie est comme ça à quelques détails près. Mon enfance n'a en réalité que peu d'intérêt puisqu'il ne s'y est pas passé grand-chose. J'ai tenté de capter l'attention de ma mère à plusieurs reprises, je me suis essayé à toutes les activités parascolaires qui existent afin de me trouver un quelconque talents pour rendre fier mes géniteurs, mais en vain. D'une part ça n'a jamais vraiment fonctionné et d'un autre côté, rien ne me convenait vraiment. Je n'étais extrêmement doué en rien de particulier. La musique n'était pas faite pour moi et en plus je n'ai pas l'oreille musicale. L'art plastique ne me convenait pas mieux. Il n'y avait décidément que le sport qui m'allait, qui était capable de m'épuiser et de satisfaire mes journées vides. Sauf que le sport, il n'y a pas de quoi rendre fier. Je n'étais pas un futur tennisman, ni un futur coureur de VTT. Je n'étais un futur rien en fait. À l'école, c'était à peu près la même chose. Aucune matière n'arrivait à me distinguer des autres enfants. J'étais vraisemblablement un garçon banal. Un enfant très bon en sport certes, un brin dangereux dû à son insensibilité physique et son inconscience mais un enfant banal tout de même. Et dans tout ce bazar qu'était ma vie, il y avait Misaki, cette jeune gamine de quinze ans que mon père avait pêché au hasard. Elle n'avait pas un rond et son père était malade. Un prétexte parfait pour prendre soin du gamin d'un autre pendant quelques mois pour mettre de l'argent de côté. Ça c'était sans compter sur la malchance, ou peut-être le destin, je n'en sais fichtrement rien, mais un peu avant que Misaki ne démissionne du poste comme d'autres avant elle (celles que j'ai eus en Corée du Sud sur mes deux premières années de vie et dont je ne me souviens même plus pour vous dire), ses parents ainsi que son jeune frère moururent dans un accident de voiture, précipitant ma jeune nourrice au statut d'orpheline. Inconscience ou charité, mon père lui offrit une prolongation ainsi qu'un toit. Il venait de la recueillir chez nous. Pas question d'adoption, jamais. Il n'était déjà pas foutu de s'occuper de son propre fils plus de vingt minutes par jour, alors s'encombrer d'une autre gamine ? Bien sûr que non. La situation était juste trop belle, si pas parfaite pour inviter Misaki a prendre le poste de manière définitive. C'est ainsi qu'elle prit sa place dans la maison, plus comme une servante qu'une personne à part entière à vrai dire. Elle veillait sur moi autant que sur la maison. Elle s'occupait de tout. De mes repas, de mon bain, de mes devoirs. Progressivement, elle empiétait sur les responsabilités totalement abandonnées de mon père, sur mon éducation. C'était elle qui rencontrait mes professeurs, c'était elle qui allait me chercher en bus à l’entraînement de football, c'était elle qui se faisait réellement du soucis pour moi. Et à côté de ça, elle si gentille, douce et prévenante et moi si con et aveugle, à toujours vouloir la reconnaissance de mon père qui de toute évidence ne me reviendrait jamais. Puis j'ai grandi et avec l'âge, mon sale caractère s'est affirmé. Puisque j'étais adorablement stupide et que malgré les sourires et les formules de politesses je ne pouvais décidément pas compter sur l'autorité de mon père pour me montrer l'exemple - m'apprendre à être un homme -, j'avais décidé d'adapter le comportement inverse. J'avais douze ans, je souffrais d'un complexe d'infériorité face à mes autres camarades et je n'avais personne à qui en parler, à qui demander des conseils. Misaki avait beau être attentionné, elle n'avait même pas fini le lycée, comment pouvais-je me tourner vers elle ? De bêtises en bêtises, de mauvaises notes en mauvaises notes, de violence en violence, je me transformais en un autre moi, un Ho Seok plus authentique et proche de celui que je suis maintenant. Au début, ça marchait. Mon père entrait dans des colères noires et Misaki en payait les pot cassés, comme si tout était sa faute à elle, que c'était le fruit de son influence. Et puis, l'indifférence revient et avec elle : le départ de mes parents. Ils avaient décidé de retourner travailler en Corée du Sud et ne tenait pas à s'encombrer d'un bagage inutile (entre un sale gamin en quête de reconnaissance et une jeune fille sans passeport, la simplicité était de mise). Je restais donc derrière eux, tout seul dans cette grande maison froide aux côtés de Misaki. Si je leur en ai voulu ? Je crois que leur migration a été la meilleure chose qui me soit arrivé. Je pouvais mettre fin à toute cette mascarade, arrêter les faux semblants, arrêter de vouloir être tout sauf moi-même, arrêter d'être le prétexte idéal de mon père pour hurler sur cette pauvre femme. Bien entendu je ne suis pas redevenu le petit garçon poli de mes jeunes années mais face à l'absence de véritable forme d'autorité, j'avais pris mes aises. J’agissais et pensais par moi-même. Misaki ne me contrôlait plus. Je crois que le départ de mes parents fut la pire chose pour elle. Obstiné et idiot, je n'avais pas pour autant été aveugle face à la souffrance de ma gouvernante dans nos premières années et là où elle s'en était remise, où j'avais certainement commencé remplacer progressivement le manque de son petit frère dans son coeur, j’agissais désormais comme un salaud. Jamais je n'ai vraiment pensé à elle, à ce qu'elle ressentait vraiment. Tout m'était dû en quelque sorte et ce qu'elle faisait était simplement devenu normal.

Cela fait aujourd'hui sept ans que mes parents sont partis s'installer à Séoul. Je ne les ai pas revus une seule fois depuis ni n'ai entendu leur voix. Misaki est toujours à ma charge. En fait rien n'a changé sauf notre relation. J'ai pris mes distances sans vraiment m'en rendre compte. Nos échanges sont plus rares. Elle « travaille » pour moi. Elle travaille à prendre soin de moi oui. Paye l'emploi merdique oui, mais elle s'y est accommodé il faut croire. J'ai intégré l'université de 玉石 Gyokuseki pas par envie mais par nécessité. Je n'envisageais pas l'université mais selon son souhait, me voilà ici. Pourquoi cette fac plutôt qu'une autre ? Pour la simple raison qu'à Gyokuseki on entre comme dans un moulin. Nous sommes presque à la fin de l'année et me voilà, futur redoublant mais étudiant quand même. Qu'est-ce que l'on ne ferait pas pour sa mère, pas vrai ? Car bien que je ne le reconnaisse qu'à demi mot et dans ma tête, Misaki est la seule mère que je n'ai jamais eu et dont j'ai besoin. Un jour je lui dirais, un jour je la libérerais de son emploi et lui donnerait le choix de rester ou de reprendre sa vie. Voilà donc la raison de ma présence dans les couloirs de cette université. Je m'y promène en vérité parce que l'assiduité n'est pas mon fort, encore moins en sachant que je vais retaper mon année faute d'avoir été présent le restant de l'année. Et à Gyokuseki j'ai rejoin le clan de Kim Jae Hyun ; les Shikei Akai. Mon choix s'est porté sur eux plutôt que sur la concurrence car contrairement aux Shikei Kuroi, les gars du clan des rouges ne sont pas des adversaires assez intéressants pour moi et puis aussi parce que Suh Dong Wook prend un peu trop son rôle à coeur. J'aime la liberté que m'offre Jae Hyun. Je ne suis pas vraiment concerné par leur querelle, pour moi elle n'est qu'un prétexte pour taper sur des gens consentants. Parce qu'on peut dire ce qu'on veux, chaque Shikei, rouge ou noir à signer pour se faire taper dessus à un moment ou un autre. Et moi ? J'en suis carrément !

4. me
Sinon, dans la vraie vie, je m'appelle Mayuko. Je suis encore et toujours une fille et j'ai un âge certain. J'ai connu Suitai Suru par le biais de moi-même. Ma fréquence de connexion, hé bien, je dirais que je passe fréquemment tous les jours. Sinon, en rp, je suis pas mauvaise, ça dépend l'inspiration. Voilà, Suga it's mine ♥


_________________


Dernière édition par Kwon Ho Seok le Dim 8 Nov - 22:04, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kitade Misa
avatar
« Hataraki »


MessageSujet: Re: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   Dim 8 Nov - 14:38

Bienvenue ! Un rouge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kwon Ho Seok
avatar
« Shikei Akai »


MessageSujet: Re: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   Dim 8 Nov - 19:02

Merchi Misa ♥

Aya, tu viens même pas te manifester ici, comment je suis malheureuse T^T

#retourne sur sa fiche

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kim Jae Hyun
avatar
« Shikei Akai ; admin »


MessageSujet: Re: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   Dim 8 Nov - 22:06

Je m'auto-valide ! Et je suis plus que contente d'avoir bouclé cette fiche en peu de temps en plus d'être heureuse de pouvoir prochainement jouer ce petit bout de chou ♥ Enjoy !


_________________

이런 젠장. Some call it love and some call it sex. Call it what you want, but with one touch and you’re gone, so call in sick. 먼지에서 먼지로,이 죄 테마입니다. Talk, play & love. 今、楽しみ移動します.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Murazaki Aya
avatar
« Shikei Akai ; modo »


MessageSujet: Re: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   Lun 9 Nov - 22:49

J'arriiiiiiiiiiiiive o/ ( oui, après la validation hein XD )

J'aime beaucoup Ho Seok !
Il a un franc parler et un mélange de maturité/acidité, derrière l’honnêteté de ses paroles, un restant d’innocence derrière le genre " j'ai vécu, je sais". Bref, il me plait beaucoup ! <3

( Pauvre Misaki, quand même ... >.<)

_________________
Dispo plus que le weekend & soir u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Kwon Ho Seok
avatar
« Shikei Akai »


MessageSujet: Re: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   Mar 10 Nov - 0:33

Fufu, merci Aya ♥ J'attendais que tu me valides mais j'étais trop impatiente du coup XD
Ravis que le personnage te plaise n_n

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ho Seok || 호석 ⚡ Everything in this world is slow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Naval news in the world
» 04/09/2010 à Ghlin
» Un beau livre: Hungry planet : what the world eats
» acheter un parc à un vendeur ebay ?
» Sortie cinéma: "It's a Free World !"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suitai Suru :: 

[ 入試 ・ Forum ]

 :: Présentations :: Présentations validées
-